Les lacs de Mazurie
JF Macaigne

Europa 600 - Mikolajki - Ryn - Gizycko - Sztynort - Le sud

Un clic sur les vignettes fait apparaitre le diaporama (177 photos)

Si vous avez juste un peu envie de surprendre vos amis, annoncez sur un ton dégagé : « Mon bronzage ? Ah oui ! Je suis allé faire quelques jours de bateau en Pologne sur les lacs de Mazurie… » Ensuite, prévoyez quelques tonnes de questions. Elles vont suivre, c’est sûr.
Petit point géographique pour commencer : la verte Mazurie est l’une des régions de Pologne les plus touristiques, couverte de forêts immenses peuplées d’animaux sauvages, et constellées d’une multitude de lacs (on dit qu’il y en a mille) reliés entre eux par des petits canaux charmants et reposants. Une sorte de paradis pour ceux qui pratiquent le tourisme en eaux douces. Naviguer sur ces eaux n’est d’ailleurs pas sans rappeler les lacs du Mecklenburg, en Allemagne. La Mazurie est le pays de la Mazurka, qui fit les délices de Chopin. C’est aussi le pays des cigognes, et là, ouvrez l’œil. Elles sont dans les champs, visibles de la route, et dans leurs nids énormes, sur les toits des maisons et au faîte des poteaux aménagés à cet effet. Dans les flots vivent brèmes, anguilles, gardons, ablettes, perches, brochets, tanches et même d’énormes silures. Si vous écoutez les pêcheurs, vous n’avez pas fini… Vous pouvez aussi écouter les cygnes, qui s’y entendent pour faire du gringue et séduire les dames. Tous les moyens sont bons : la petite famille, la ribambelle de jeunes cygnons, et même une fois, un petit niché entre les ailes – je n’ai plus que celui-là, aidez-moi… - pour obtenir un bout de pain.
Cerise sur le gâteau : vous aurez la possibilité de louer l’un des nouveaux Europa 400 ou 600 à la base Locaboat/Cardinal de Mikolajki. L’Europa est un concentré de confort. Vous le découvrirez plus en détail dans la page spéciale. Si vous frimez un peu en rentrant, c’est normal. Après tout, vous en connaissez beaucoup qui ont vécu cela, vous ? Il y a des fois où la vie vaut vraiment la peine… Sebastian, le chef de base, vous montrera les petits secrets du bateau. Il veillera aussi sur vous comme une poule sur ses poussins, et vous pouvez lui faire confiance pour vous téléphoner lorsqu’un coup de vent s’annonce afin de s’assurer que vous êtes en sécurité. Ce sont des petits détails comme ça qui rendent la vie plus belle.

Ce n’est qu’à Mikolajki que vous commencerez à réaliser que vous êtes ailleurs. Je ne parle pas de la langue. Le polonais n’est somme toute pas plus compliqué que le mandchou, le finnois ou le serbo-croate. En quelques instants, vous sentirez que l’air est plus léger, l’ambiance plus détendue. Les sourires s’affichent partout, les yeux se posent sur mille nouveautés, vous percevez que cette fois, vous êtes en vacances. C’est cela. A Mikolajki, on se sent en vacances. Il n’y a pas beaucoup d’endroits comme cela.
Les quais sont le plaisir de celui qui a oublié le bureau. Magasins de vêtements chics et solderies, shipchandler pour ceux qui aiment l’ambiance laiton et cordages, stands de l’inutile essentiel, jeux d’arcade, restaurants… En s’enfonçant vers le centre ville, on découvre les bijouteries où l’ambre est roi, les épiceries, les supermarchés (on peut payer en carte bancaire), et l’église, qui règne sur ce petit monde du haut de sa colline, en diffusant des messes sur haut-parleur. La Pologne.
Lorsque les jouissances terrestres ne suffisent plus, une envie irrésistible de prendre le large saisit. Nord ou sud ? Mikolajki se situe exactement au milieu…

     
Texte & photos : ©JF Macaigne