Le Canal du Midi de Négra à Argens JF Macaigne

Cliquez sur les vignettes pour acceder au diaporama

L’hélice tourne doucement. Nous avançons quasiment sans bruit sur un miroir vert bordé de platanes centenaires. Seuls, le son du sillage et le léger clapotis sur l’herbe tendre de la berge nous bercent dans cette après-midi de fin d’été. Les canards s’écartent au passage de la proue, puis nous font un brin de conduite dans l'espoir d’un croûton de pain bienfaiteur… Nous sommes à bord de « Saint-Sernin », une Pénichette® 1260R (12,60m) de Locaboat, qui se conduit sans permis, avec deux doigts. Façon de parler, car il faut néanmoins être attentif, et tenir la barre en acier chromé.
A bord, un confort 5 étoiles : 3,85m de largeur, et une étrave à la hollandaise qui fend l’eau avec la douceur d’une jeune fille.
N
ous sommes 6 : 4 adultes et deux enfants déjà grands qui ont leur propre cabine (chacun son lit – superposés -, c’est plus rigolo), des lavabos dans chacune, deux douches, et un carré où personne ne se gène. Tout est en bois, et les petits rideaux orange, vert et bleu pastel ajoutent la petite note de gaîté à notre univers flottant.

Visite en photos de la Pénichette® P-1260R

 

Tout a commencé avant-hier : nous avons réceptionné notre bateau à la base Locaboat de Négra (une trentaine de kilomètres au sud de Toulouse), première halte de « la Barque des Postes » qui reliait Toulouse à Agde au XIXème siècle, et, une fois effectuées les formalités, nous sommes partis direction Toulouse, histoire de ne pas manquer une visite de la « ville rose » chantée par Nougaro.
La visite n'est qu'une brève étape : Les écluses nous attendent nombreuses sur le chemin d’Argens, près de Narbonne, but de notre voyage.
Toulouse est belle, chaude, chaleureuse (mise à part peut-être l’accueil de la responsable du Port Fluvial, qui nous a proprement « éjectés »), et les ruelles de la vieille ville sont peuplées de vieux murs, témoins de jadis. Plus qu’un long discours,
voyez les photos. Elles parlent d’elles-mêmes…C’est une après-midi au soleil, un moment de tourisme au pas du promeneur, entre les murs à colombages, les balcons fleuris et les visites obligées à la cathédrale St-Etienne et la basilique St-Sernin, saint patron de notre embarcation, et fondateur du Christianisme à Toulouse. Nous n'avons pas non plus oublié une petite visite à l'hôtel Grand Balcon, où le souvenir de Mermoz, de St Exupéry et des pionniers de l'Aéropostale hante encore les murs de brique. Il est maintenant un hôtel de haut luxe, face au Capitole. Il y en a d'autres, rassurez-vous. A tous les prix. Vous les trouverez en suivant ce lien Le tout est de se décider.
Nous sommes revenus au bateau à la nuit tombée, Après un dîner en vieille ville, à l’abri des murs anciens de la rue du Taur, et une promenade par les rues qui ramènent au canal, nous avons repris possession de notre péniche, amarrée le long d’une berge tranquille.

 
 
[Accueil][Sommaire][Reportages][Caraïbes][Europe][Méditérannée][Océan Indien][Plan du site]