Exoti.com (Accueil)
sp sp sp sp sp sp sp
Reportages Sommaire Reservez News Coups_de_cœur contact sp

 

 

La Seine aval
De Paris à Honfleur
 JF
Macaigne

 
Toutes les vignettes de la page donnent accès au diaporama de ce reportage
 
 
Parmi les personnages historiques anglais connus en France, Richard Cœur de Lion occupe une place de choix. Robin des bois et Ivanhoé n’y sont probablement pas complètement étrangers. En tout cas, lorsqu’on arrive en bas de « son » Château Gaillard, les souvenirs d’école et de littérature enfantine affluent. C’est une formidable forteresse construite en seulement deux ans entre 1196 et 1198. Elle domine Les Andelys et tout le paysage depuis son éperon rocheux, et on a peu de peine à imaginer la vie intense qui devait y régner il y a plus de 800 ans. Richard l’avait fait construire là pour barrer la route de la Normandie aux armées de Philippe Auguste. Il bloquait entièrement le passage de la Seine, avec des systèmes défensifs en amont et en aval. Il fut finalement pris d’assaut et investi en 1204 après un siège terrible, ouvrant la voie de la Normandie au roi de France.
Nous apercevons d’en haut le Botticelli qui repart vers Rouen, nous laissant aux Andelys pour visiter cette merveille qu’est la collégiale Notre-Dame des Andelys, en ville. Renaissance et classique côté nord, et gothique flamboyant côté sud, elle étonne par la pureté de ses dentelles de pierre. Les gargouilles hurlent leur désespoir de pierre de ne pas être à l’intérieur, près de cette madone qui regarde la grande lumière des vitraux. Ils sont l’œuvre de maîtres verriers du XVIe siècle Arnoult de Nimègue et Romain Buron, au sommet de leur art. Dans la chapelle du Sépulcre, une mise au tombeau poignante du XVIe siècle, et aux murs, trois tableaux de Quentin Varin, le maître de Nicolas Poussin.
L’excursion se poursuit par la visite du château de Martainville, qui abrite le Musée des Traditions et Arts Normands, à une grosse quinzaine de kilomètres de Rouen. C’est un petit château en briques rouges de 1485 qui a gardé tous ses communs. Dans le jardin derrière, on remarque une surprenante collection de 4 corbillards rustiques anciens. A l’intérieur, 3 étages de collections de meubles du XVe au XIXe, magnifiquement restaurés et mis en situation, des costumes de femmes et d’hommes, ainsi que du linge de maison, qui retracent parfaitement l’habitat de nos aïeux normands. On trouve aussi instruments de musique, objets usuels, faïences et diverses autres collections des XVIIIe et XIXe siècles.
Au retour vers le bateau, un stop de quelques minutes au belvédère de Notre-Dame de Bonsecours nous permet de voir Rouen et son agglomération dans une boucle de la Seine, et nous rejoignons le bateau à 19h, pile à l’heure pour une navigation nocturne vers Honfleur. Il ne s’agit pas d’être en retard, pour embarquer le pilote pour la section maritime, qui nous quittera en fin de parcours.
Nous naviguons dans un crépuscule rose pâle, et passons vers 23h sous la lyre géante du pont de Brotonne, le premier des trois ponts géants avant l’embouchure de la Seine. La soirée s’achève, nous poursuivons dehors une longue conversation devant l’étrave, un verre à la main, en observant les lumières de l’estuaire lorsqu’un choc sous la coque nous tire de nos réflexions. Que s’est-il passé ? Une épave ? Un animal ? Je me précipite à tribord et remarque une grosse vague qui s’éloigne vers l’amont. Le mascaret ? Renseignement pris, il s’agissait de la vague d’un cargo colossal, devant nous, qui nous a frappé de plein fouet. Je bénis le ciel de ne pas être dans un petit bateau. A 1h et quart nous sommes sous le pont de Normandie, et 15 mn plus tard, je suis dans mon lit. Il est grand temps, nous arrivons à Honfleur.
 
   Back
Texte & photos : © JF Macaigne