Exoti.com (Accueil)
sp sp sp sp sp sp sp
Reportages Sommaire Reservez News Coups_de_cœur contact sp

 

 

La Seine aval
De Paris à Honfleur
 JF
Macaigne

 
Toutes les vignettes de la page donnent accès au diaporama de ce reportage
 
 

Le soir tombe doucement. Sous des teintes roses et bleues improbables, nous effectuons un demi-tour au milieu du fleuve et repartons vers l’aval. La lumière n’est que douceur, et les pastels créés servent de décor de fond aux petites silhouettes sombres de la passerelle Simone de Beauvoir. Un métro brinqueballe sur le pont de Bercy, et voici Notre-Dame, habillée d’or.La vision est magique. Les passagers, installés dans des transats sur le pont, profitent d’une image unique.Le Pont Neuf se présente, cette fois-ci dans l’autre sens, et instinctivement, tout le monde rentre la tête dans les épaules. Plus loin, le zouave du pont de l’Alma nous regarde passer, pensif, appuyé sur son fusil, puis nous arrivons sous la tour Eiffel à 23h, au moment précis où elle commence à scintiller. Du grand art…

Nous ne nous arrêtons pas et nous nous enfonçons dans la nuit. Navigation de nuit, cela veut dire que le commandant ou le capitaine reste toute la nuit aux commandes du Botticelli, dans la semi pénombre d’une timonerie aux lueurs futuristes.Le seul homme vivant restant à bord… On pense à St Exupéry et à Vol de Nuit. Je redescends dans ma cabine profiter d’un lit douillet. Cette croisière est faite de moments uniques.

Je ne peux pas m’empêcher de jeter un œil curieux sur le paysage qui file devant nous. Tout est noir ou presque, et les lumières qui arrivent permettent à peine de se repérer.Le navire passe en catimini devant La Défense et toute la boucle de la Seine. Nous laissons les villes endormies et continuons notre route dans la nuit. Un rideau d’arbre voile le panorama de la banlieue parisienne, et il est très difficile de reconnaître l'endroit où l’on se trouve. Je m’endors doucement, les yeux remplis de petites lumières et l’esprit envahi par tous ces gens dont nous traversons la vie sans bruit, qui s’estompent dans l’obscurité.
 

 
   Back
Texte & photos : © JF Macaigne