La visite virtuelle démarre en cliquant sur le titre ou sur les vignettes…(149 photos)

Mille ans de mariage avec l'eau
J
’adore Amsterdam. C’est la ville la plus folle, la plus inventive, la plus belle, la plus riche en découvertes de toutes sortes, la plus accueillante, la plus renouvelée que je connaisse. A part ma ville, bien entendu. Il ne faudrait pas que je me mette mal avec mes amis… Peu de villes sont aussi attachantes. Bâtie depuis le onzième siècle sur l’eau, avec l’eau, et aussi contre l’eau, la vieille dame du Nord joue avec les canaux une représentation permanente de lumière, de reflets, de tours et de détours, et quelquefois aussi, d’odeurs. La ville la plus puissante du monde au dix-septième siècle a établi sa suprématie grâce à l’eau, qui permettait aux marchands d’accéder facilement aux entrepôts pour y déposer des marchandises provenant des quatre coins du monde. Tous les soirs, entre dix-neuf et vingt heures, la dizaine d’écluses du centre de la ville est fermée à la main, avec de grandes roues de bois, et la pompe énorme de l’île de Zeeburg avale quelques 600 000 mètres cubes de l’Ijsselmeer pour les rejeter dans les canaux. L’eau de ceux-ci est évacuée dans l’Ij, entre Noordzeekanaal et Ijsselmeer, et en trois jours, est renouvelée entièrement. Autant dire que le mariage entre la cité et l’élément aquatique est célébré quotidiennement. Cent soixante canaux, et mille ponts pour les enjamber… Les Amstellodamois vivent avec et sur les canaux. Ces centaines de péniches, maisons flottantes, bateaux de toutes tailles peuplent le moindre mètre carré disponible.

Les bonbons qui rendent fou
Amsterdam est unique. On peut y passer des jours à flâner par tous les temps, les musées sont magnifiques, les boutiques incroyables, les gens souriants, l’histoire présente, les transports pratiques, et leurs bonbons à la menthe que l’on trouve à toutes les caisses me rendent fou.
La ville ressemble, vue d’avion, à une grosse moitié de toile d’araignée dont le centre serait occupé par la gare centrale, sorte de long château rose et blanc, aux décorations innombrables. Le vieux quartier, aux rues étroites, ornées d’anciens immeubles de brique ocres, blancs et noirs, est sillonné sans cesse par des essaims de bicyclettes, dont certaines se révèlent être de pures œuvres d’art.
Amsterdam ne change jamais : la gare est toujours en travaux, les filles toujours aussi belles, et les vélos toujours aussi dangereux. Ne vous avisez pas de traverser sans regarder. Un tramway freinera. Un cycliste, non. En plus, vous vous ferez insulter sauvagement. Amsterdam sans vélos, ne serait plus Amsterdam, mais on peut toujours rêver… D’un autre côté, il est vrai que les vélos participent grandement à la fête. Nulle part au monde vous trouverez des parkings à cycles aussi vastes, des bicyclettes aussi folles, des cyclistes aussi dédaigneux du bipède. Les sonnettes sont là pour le rappeler aux touristes.
Une autre chose qui rend la vie agréable, c’est le prix des fleurs. Dix euros pour cinquante tulipes ! A ce prix-là, on peut fleurir, la voiture, la chambre d’hôtel, et si l’on fait attention, elles tiendront une bonne semaine, même pendant le voyage du retour. Le secret ? Très peu d’eau, et une poignée de pièces jaunes dans le vase. Essayez, vous me remercierez…

L'art de vivre amstellodamois
Amsterdam, c’est un art de vivre, qui oscille entre humour, tradition, bien-être et ouverture d’esprit. Les gens sont curieux, ici. Curieux de vous, curieux des autres, curieux d’eux-mêmes. Les relations vont vite, à ce rythme-là. De plus, la plupart ont un réel don des langues. En plus de la leur, il n’est pas rare qu’un hollandais parle aussi anglais, français, allemand…
Promenez-vous le long des canaux, rêvez, flemmardez, installez-vous dans un Café Brun pour une bière, un café ou un thé, prenez le tram pour n’importe où et rentrez à pied, faites le tour de la ville dans la vedette ou le bateau-bus, dépensez ce que vous voudrez aux puces ou chez les antiquaires, ne loupez pas les musées si vous aimez les primitifs flamands, bref, AMUSEZ-VOUS !
Côté Puces, Waterlooplein est l’endroit où aller si vous cherchez la petite fringue pas cher, la veste pour cet été ou le T-shirt déjanté. Pour le reste, antiquaille et brocante, le choix est plutôt pauvre, mais je n’y étais pas forcément les bons jours.

Les musts à ne pas manquer
En termes de musées, et d’endroits où aller, le choix est pléthorique. Voici une petite liste non exhaustive, mais certainement épuisante. Dans tous les cas, il faudra revenir…
Le Rijksmuseum : on ne le présente plus. Le siècle d’or, la peinture flamande, mais aussi des impressionnistes, des maisons de poupées, la faïence de Delft, et une argenterie à couper le souffle.
Le musée Van Gogh : 200 tableaux et 500 dessins !
La maison de Rembrandt : retrouvez LA lumière…
Le musée Stedelijk, pour l’art moderne.
L’annexe du musée de l’Ermitage de St Petersbourg.
Le musée Amstelkring : une maison du XVIIème, au bord du canal. Surprises ! Notamment une « église cachée », vestige des églises catholiques aménagées à l’intérieur des maisons, pour respecter l’interdiction de leur donner des façades.
La maison  d’Anne Franck : pour pleurer sur une enfance perdue et la stupidité humaine.
Bien sûr, il y a aussi le musée maritime, le musée historique (avec ses tableaux des guildes du XVIIe quasiment dans la rue), le Palais royal, le Béguinage, Madame Tussaud, Nemo, royaume des enfants de tous âges, la maison de Hajenius (le temple du cigare, sur Rokin), et le marché au fleurs (obligatoire), où les blisters de culture de cannabis ready-to-plant voisinent avec les bulbes et les semis les plus insolites. Si pour vous, la chine n’est pas un pays d’orient mais un art de vivre, les antiquaires de Looier et ceux des boutiques du quartier Spiegelwartier, vers le Rijks sont là pour vous. Traînez dans ces rues où, lorsque le soir approche, les vitrines ressemblent à autant d’arbres de Noël. Si vous aimez les demoiselles (ou les dames) toutes nues ou presque dans les vitrines, le Red district vous ouvre ses ruelles étroites le soir… C’est plutôt bon enfant, mais déclenche toujours un franc succès chez les visiteurs post-ados, surtout que les coffee-shops et les bars canailles ne sont pas loin.

Côté pratique et gastronomique
Il y a tellement à voir ! Surtout, prenez un pass pour les trams au bureau de l’Office du tourisme, à l’extérieur de la gare, vous en aurez besoin. Après une journée entière de lèche vitrine dans tous les coins de la ville, vos pieds apprécieront. Idem pour traverser la ville rapidement, du jardin botanique à la maison d’Anne Franck par exemple.
Le choix d'un hôtel est également d'une importance stratégique. Pensez à trivago.fr, qui compare plus de 750 hôtels à Amsterdam à tous les prix. Il ne reste plus qu'à choisir…
En ce qui concerne les restaurants, profitez des indonésiens et de la viande argentine, difficilement trouvables en France, et surtout, ne loupez pas au moins un Café Brun (le Hoppe, par exemple, ou le Papeneiland), et flânez sur Leidseplein, près du Paradiso, et sur Rembrandtplein.
Cela m’étonnerait que vous fassiez tout ça en un seul jour…
Moi non plus, notez. Lorsque je suis à Amsterdam, j’essaie d’en faire le plus possible. Mais il en reste toujours un peu. Et aussi, les choses changent, d’une fois sur l’autre. Alors, entre les essais de ce que je n’ai pas pu faire la fois précédente et des nouveautés que j’ai envie d’essayer, le temps me paraît toujours trop court.
Finalement, Amsterdam, c’est peut-être le début de la sagesse.

Quelques adresses
Texte & photos: JF Macaigne
Tous droits réservés
[Accueil][Sommaire][Reportages][Caraïbes][Europe][Méditérannée][Océan Indien][Plan du site]